14 septembre 2022
in

La dépendance à Internet et dépression/anxiété

Facebook
Twitter
LinkedIn

La dépendance à Internet ne figure pas dans le Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders (DSM-V), mais il peut avoir une grande influence sur la vie d’un adolescent s’il se sent impuissant ou obsédé par l’utilisation d’Internet et que cela affecte son humeur, sa tolérance, sa vie sociale ou ses résultats scolaires. Selon les estimations, l’utilisation inappropriée d’Internet est plutôt rare (3,6 %) [21], et il a été démontré qu’il existe des liens étroits entre la dépendance à Internet ou l’utilisation problématique d’Internet et la tristesse, l’hostilité et l’abus de drogues [22].

Un niveau élevé d’utilisation problématique d’Internet était lié au désengagement social, à l’anxiété et à la tristesse dans une étude longitudinale d’adolescents coréens [21].

L’utilisation problématique d’Internet était fortement liée à la dépression chez les étudiantes américaines. Selon le questionnaire validé Patient Health Questionnaire-9 (PHQ-9) [23], les jeunes femmes qui répondaient aux critères de la dépression étaient beaucoup plus susceptibles d’être exposées à une utilisation problématique d’Internet. Les personnes gravement déprimées étaient plus de huit fois plus susceptibles d’être à risque que leurs pairs non déprimés, les jeunes modérément déprimés étaient plus de quatre fois plus susceptibles d’être à risque, et même les personnes légèrement déprimées étaient plus de deux fois plus susceptibles d’être à risque que leurs pairs non déprimés [24]. L’utilisation problématique d’Internet peut également être prédite par l’anxiété sociale. Après ajustement pour tenir compte du trouble d’anxiété généralisée et de la dépression, les jeunes souffrant d’une anxiété sociale considérable déclarent se sentir davantage sous contrôle et avoir une opinion moins favorable de la communication en ligne [25].

Pourquoi les adolescents souffrant de problèmes mentaux sont-ils plus susceptibles de faire un usage dangereux d’Internet ? La possibilité de participer à des groupes de réseautage social sans avoir à quitter le confort de leur domicile et la simplicité de la communication à leurs propres conditions – par exemple, répondre à des messages après avoir eu le temps de réfléchir à leur réponse – peuvent être des sources de soulagement pour les adolescents qui souffrent d’anxiété sur Internet [26].

Les réseaux sociaux en ligne et le temps d’utilisation d’Internet peuvent avoir un effet sur la santé mentale des jeunes déprimés. Il semble bien qu’il y ait une corrélation entre la dépression, les sites de réseaux sociaux et le temps passé en ligne, même si toutes les recherches n’ont pas montré un lien entre les manifestations d’humeur sur les réseaux sociaux et la dépression clinique [27]. Dans une étude portant sur les habitudes d’utilisation d’Internet de 189 adolescents plus âgés (âge moyen de 18,9 ans), ceux dont l’utilisation d’Internet était faible ou normale (30 min ou 30 min à 3 h) ne différaient pas statistiquement de ceux dont l’utilisation d’Internet était très élevée (>3 heures), mais ceux dont l’utilisation d’Internet était très élevée avaient des scores PHQ-9 significativement plus élevés (un score plus élevé est corrélé à une gravité accrue de la dépression).

Ces résultats corroborent l’hypothèse selon laquelle la tristesse est liée à l’augmentation du temps passé en ligne [28].
L’Internet peut exacerber la dépression chez les jeunes qui peuvent déjà être socialement repliés sur eux-mêmes ou avoir peu de contacts avec leurs pairs, mais il a aussi la capacité de favoriser l’interaction avec les pairs, de susciter un sentiment d’appartenance à la communauté et de donner accès à des spécialistes de la santé mentale en dehors des heures de travail.

Vous pouvez lire également notre article sur l’impact du COVID sur le temps d’écran: ici

Sources:

21. Cho S, et al. Does psychopathology in childhood predict internet addiction in male adolescents? Child Psychiatry Hum Dev. 2013;44:549–55.

22. Liu T, et al. Problematic internet use and health in adolescents: data from a high school survey in Connecticut. J Clin Psychiatry. 2011;72:836–45.

23. Richardson LP, et al. Evaluation of the Patient Health Questionnaire-9 Item for detecting major depression among adolescents. Pediatrics. 2010;126:1117–23.

24. Moreno M, Jelenchick L, Breland D. Exploring depression and problematic internet use among col- lege females: a multisite study. Comput Human Behav. 2015;49:601–7.

25. Lee B, Stapinski L. Seeking safety on the internet: relationship between social anxiety and problematic internet use. J Anxiety Disord. 2012;26:197–205.

26. Wegemann E, Stodt B, Brand M. Addictive use of social networking sites can be explained by the inter- action of internet use expectancies, internet literacy, and pyschopathological symptoms. J Behav Addict. 2015;4:155–62.

27. Jelenchick LA, Eickhoff JC, Moreno MA. “Facebook depression?” Social networking site use and depression in older adolescents. J Adolesc Health. 2013;52:28–30.

28. Moreno MA, et al. Depression and internet use among older adolescents: an experience sampling approach. Psychology. 2012;3:743–8.

Articles similaires

26 janvier 2023

Aider les enfants à définir leur orientation professionnelle

25 janvier 2023

Les dangers de Snapchat pour les enfants

24 janvier 2023

Comment l’intelligence artificielle affecte-t-elle les enfants ?

17 janvier 2023

Solutions de parentalité positive

16 janvier 2023
in

Trop de temps d’écran peut-il provoquer des crises?

12 janvier 2023

La ludification aide à retenir les informations