06 mars 2024
in

Pour une utilisation équilibrée des réseaux sociaux

Facebook
Twitter
LinkedIn

Les réseaux sociaux jouent un rôle prépondérant dans la vie des adolescents. Ils influencent leur estime de soi, leur santé mentale et leurs compétences sociales. Si ces plateformes offrent des opportunités uniques d’expression et de connexion, une utilisation non régulée peut également présenter des risques. Ainsi, encourager une utilisation équilibrée et réfléchie des réseaux sociaux est essentiel.

 

Impacts négatifs des réseaux sociaux

+ de 1 mineur sur 4 serait sujet à une addiction aux écrans 

(Selon une méta-analyse, réalisée par des chercheurs du Institute of Child Health, University College of London)

Impact des réseaux sociaux

Selon PEW (Pew Research Center, US), 59% des adolescents américains ont été victimes de cyberharcèlement.

42% injures

32% diffusion de rumeurs à leur insu

25% reception d’images à caractère sexuelles

21% messages d’adultes inconnus demandant des infos perso

16% menace physique

Patricia Conrod est professeure au département de psychiatrie et d’addictologie à l’Université de Montréal et chercheuse au CHU Sainte-Justine.
Ses recherche sur
3800 adolescents montréalais pendant une période de cinq ans, montrent que l’augmentation de l’utilisation des réseaux sociaux chez les jeunes est directement associée à une baisse de l’estime de soi et une hausse des symptômes liés aux troubles alimentaires.

«Ces jeunes peuvent être exposés à une réalité qui est extrêmement biaisée, qui les rend à risque de conclure que leur vie et leur apparence physique sont moins bonnes que tout ce qu’ils voient sur les médias sociaux», explique-t-elle.

 

La santé mentale

L’utilisation excessive des réseaux sociaux a été liée à divers problèmes de santé mentale, tels que l’anxiété, la dépression et le trouble de déficit de l’attention avec hyperactivité (TDAH). La nature addictive des plateformes, avec leurs notifications constantes et leur flux infini de contenus, peut contribuer à une utilisation compulsive, réduisant le temps consacré au repos et à des activités plus enrichissantes. De plus, le cyberharcèlement, facilité par l’anonymat sur Internet, peut avoir des répercussions graves sur le bien-être psychologique des adolescents.

 

Exemples pathologies et des problèmes psychologiques qui peuvent découler de cette dynamique :

  1. Dysmorphie corporelle: La dysmorphie corporelle est un trouble caractérisé par une obsession pour un défaut perçu dans l’apparence physique, souvent imaginaire ou mineur aux yeux des autres. Les réseaux sociaux, avec leur accent sur l’apparence physique et les standards de beauté souvent inatteignables, peuvent exacerber ce trouble en poussant les utilisateurs à comparer de manière obsessionnelle leur apparence à celle des autres, entraînant une insatisfaction corporelle et une quête incessante de perfection.
  2. Troubles de l’alimentation: Les troubles alimentaires, tels que l’anorexie et la boulimie, peuvent être influencés par la perception négative de son propre corps, souvent exacerbée par les images idéalisées sur les réseaux sociaux. Les jeunes, en quête d’approbation et de validation sociale, peuvent adopter des comportements alimentaires nocifs dans le but d’atteindre un idéal physique promu par ces plateformes.
  3. Dépression et anxiété: Les études montrent une corrélation entre l’utilisation excessive des réseaux sociaux et l’augmentation des symptômes de dépression et d’anxiété. La constante comparaison de sa propre vie à celles, apparemment parfaites, présentées en ligne peut mener à un sentiment de solitude, d’insuffisance et d’échec, contribuant à l’émergence ou à l’aggravation de ces troubles.
  4. Trouble de l’estime de soi: Bien que pas toujours reconnu comme une pathologie en soi, un faible estime de soi est un problème majeur qui peut être exacerbé par les réseaux sociaux. Cela peut mener à une dépendance accrue à l’approbation et aux validations en ligne pour se sentir valorisé, créant un cercle vicieux où l’estime de soi devient de plus en plus fragile et dépendante des perceptions extérieures.

 

 

Léonie K est une youtubeuse française qui vulgarise autour de la psychologie, des différentes trends et des réseaux sociaux, pour nous aider à comprendre. Nous vous invitons à consulter son travail : Léonie K

 

Les compétences sociales : L’empathie

 

Bien que les réseaux sociaux offrent une plateforme pour se connecter avec d’autres, ils peuvent également affecter négativement le développement des compétences sociales chez les jeunes. Les interactions en ligne, souvent privées des nuances de la communication face à face, ne permettent pas toujours le développement de compétences telles que l’empathie, la reconnaissance des émotions et la gestion des conflits. Cela peut conduire à une diminution de la capacité à établir des relations interpersonnelles significatives dans la vie réelle.

 

 

L’impact des réseaux sociaux sur le développement de l’empathie chez les adolescents est un sujet d’intérêt croissant pour les chercheurs en psychologie sociale et développementale. L’empathie, la capacité de comprendre et de partager les sentiments d’autrui, est cruciale pour le développement des compétences sociales et pour établir des relations interpersonnelles saines. Les réseaux sociaux, en modifiant la manière dont les interactions sociales se déroulent, influencent également le développement et l’expression de l’empathie.

Réduction des interactions face à face

Les réseaux sociaux favorisent les interactions à distance, souvent au détriment des rencontres en personne. Les conversations en face à face impliquent des indices non verbaux comme le ton de la voix, les expressions faciales, et le langage corporel, qui jouent un rôle crucial dans la compréhension des émotions d’autrui et l’expression de l’empathie.

Déshumanisation et anonymat

Les réseaux sociaux peuvent parfois créer un sentiment d’anonymat ou de distanciation sociale, où les utilisateurs se sentent moins responsables de leurs actions en ligne. Cette déshumanisation peut réduire les inhibitions contre le comportement agressif ou le cyberharcèlement, diminuant la capacité à éprouver de l’empathie pour les victimes de ces actes. De plus, l’exposition régulière à des discours haineux ou à des comportements agressifs en ligne peut banaliser ces attitudes, affaiblissant davantage l’empathie.

Comparaison sociale et jalousie

Les réseaux sociaux créent un environnement où les adolescents sont constamment exposés à des images idéalisées de la vie des autres, ce qui peut les amener à comparer leur réalité à ces représentations souvent embellies. Cette comparaison peut entraîner une perception négative de leur propre vie et de leur image corporelle, nuisant ainsi à leur estime de soi. Des études montrent que l’exposition fréquente à ces images peut augmenter les sentiments d’insuffisance et d’anxiété chez les jeunes utilisateurs. Nous avons déjà consacré un article sur l’estime de soi, pour le consulter : Cliquez ici !

La tendance à comparer peut conduire à des sentiments de jalousie et d’envie, érodant là aussi, le sentiment d’empathie envers les autres. 

 

 

Partage et empathie via les réseaux sociaux

Développement de l’empathie

Malgré ces défis, les réseaux sociaux ont également le potentiel de favoriser l’empathie. Ils permettent une exposition à une diversité d’expériences et de perspectives qui peuvent élargir la compréhension et la sensibilité des utilisateurs aux réalités d’autrui. Lorsqu’ils sont utilisés de manière consciente et réfléchie, les réseaux sociaux peuvent parfois servir de plateformes pour le partage d’expériences personnelles et le soutien mutuel, renforçant la capacité à éprouver de l’empathie.

 

 

Encourager une utilisation équilibrée des réseaux sociaux

Etablissez un dialogue avec votre adolescent autour des réseaux sociaux

Pour atténuer ces effets, il est essentiel de promouvoir une utilisation consciente et critique des réseaux sociaux. Il faut encourager les utilisateurs à reconnaître la nature souvent artificielle et mise en scène du contenu en ligne. De plus, l’éducation aux médias qui comprend des discussions sur l’image de soi, l’estime de soi, et la santé mentale, peut jouer un rôle crucial dans la prévention. Encourager les adolescents à cultiver des intérêts et des relations en dehors des réseaux sociaux peut également contribuer à une image de soi plus saine et à un bien-être général amélioré.

 

 

Quelques recommandations :

 

  • Établir des limites de temps : Fixez des plages horaires d’utilisation des réseaux sociaux. Laissez suffisamment de temps pour d’autres activités enrichissantes telles que les loisirs créatifs, le sport, et les interactions familiales.
  • Promouvoir une participation active : Encouragez vos adolescents à apprendre de nouvelles compétences et à interagir de manière constructive sur les réseaux sociaux. 
  • Dialoguer sur les réalités vs. les représentations : Sensibilisez vos adolescents aux différences entre la vie réelle et les représentations souvent idéalisées sur les réseaux sociaux. Ce dialogue peut les aider à développer une image corporelle positive et à gérer les comparaisons sociales de manière saine.
  • Renforcer la résilience face au cyberharcèlement : Équipez vos adolescents des outils nécessaires pour faire face au cyberharcèlement, y compris comment le reconnaître, y réagir de manière constructive, et où trouver de l’aide.
  • Soutenir l’apprentissage de compétences sociales hors des écrans.

 

 

Le dialogue est votre allié.

Vous renforcerez vos relations avec vos adolescents tout en aidant à le proteger. Le numérique peut être aussi un allié, transformer l’expérience en ligne afin qu’elle devienne plus saine, il existe beaucoup d’applications éducatives disponibles qui peuvent promouvoir la curiosité et l’apprentissage. Nous y avons consacré un article disponible via ce lien.

 

 

 

Conclusion

Bien que les défis posés par les réseaux sociaux et l’utilisation excessive des écrans soient indéniables. Il est essentiel de reconnaître également le potentiel positif qu’offrent la technologie. Les écrans ne sont pas uniquement des portes vers des distractions superficielles. Ils peuvent aussi être des catalyseurs de curiosité et des outils précieux d’apprentissage. Dans un monde numérique en constante évolution, il est crucial de trouver le juste équilibre entre leur utilisation bénéfique et nocive.

Les écrans et les réseaux sociaux offrent un accès sans précédent à une richesse de connaissances, permettant aux jeunes d’explorer des sujets qui les passionnent, de développer de nouvelles compétences et de s’engager dans des communautés de soutien. Ils peuvent stimuler l’innovation, encourager la créativité et faciliter l’apprentissage autodirigé. De plus, lorsqu’ils sont utilisés de manière réfléchie, ils peuvent enrichir les relations sociales en fournissant des moyens supplémentaires de connexion et de partage.

Les parents, éducateurs et les jeunes eux-mêmes jouent un rôle crucial dans cet équilibre, en favorisant des habitudes numériques saines, en définissant des limites raisonnables d’utilisation des écrans et en encourageant des activités hors ligne enrichissantes.

Promouvoir l’éducation aux médias et à l’information est également essentiel pour aider les jeunes à naviguer dans le paysage numérique avec discernement. Il est important de leur apprendre à reconnaître les contenus de qualité et utiliser les réseaux sociaux de manière positive et empathique. L’objectif n’est pas de diaboliser les écrans, mais de les intégrer de manière judicieuse dans nos vies, en reconnaissant à la fois leurs avantages et leurs limites. Sujet que nous aborderons dans un prochain article.

À travers une approche équilibrée et réfléchie, nous pouvons transformer notre relation avec les technologies, les transformant de simples distractions en outils puissants pour l’exploration, l’apprentissage et la connexion.

Une ouverture sur le monde

Articles similaires

12 février 2024
14 avril 2024
in
05 avril 2024
25 mars 2024
28 février 2024
22 février 2024